Caractéristiques IP

Le protocole IP réside dans la couche Internet, comme nous l'avons déjà dit. C'est le protocole dans la pile TCP/IP qui permet à votre machine, routeur, switch, etc. de savoir vers où un paquet spécifique est envoyé. Ce protocole est véritablement le coeur de toute la pile TCP/IP, et la base de tout sur Internet.

Le protocole IP encapsule le paquet de la couche Transport avec l'information du protocole de la couche Transport, ainsi que d'autres informations utiles. Tout ceci, bien sûr, est très précisément standardisé. Nous allons en parler dans ce chapitre.

Le protocole IP possède un couple de fonctionnalités de base qu'il doit être capable de traiter. Il doit être capable de définir le datagramme, lequel est le bloc de construction suivant créé par la couche Transport (ce qui en d'autres termes peut être TCP, UDP ou ICMP par esemple). Le Protocole IP définit aussi le système d'adressage Internet que nous utilisons aujourd'hui. Ceci indique que le protocole IP définit comment les hôtes peuvent se joindre entre eux, il indique aussi comment nous pouvons router les paquets, bien sûr. Les adresses dont nous parlons sont généralement appelées adresses IP. Usuellement, quand nous parlons d'adresses IP, nous parlons de chiffres avec des points (ex. 127.0.0.1). C'est principalement pour rendre l'adresse IP plus lisible pour l'oeil humain, car l'adresse IP est actuellement un champ de 32 bits de 1 et de 0 (127.0.0.1 pourrait désormais être lu comme 01111111000000000000000000000001 dans l'en-tête IP).

Le protocole IP doit aussi pouvoir décapsuler et encapsuler le datagramme IP (donnée IP) et envoyer ou recevoir le datagramme d'une couche Réseau, ou d'une couche Transport. Ceci peut sembler évident, mais parfois ce ne l'est pas. Au sommet de tout ça, il possède deux fonctions qu'il doit exécuter correctement, ce qui est particulièrement intéressant pour le pare-feu et le routage. Le protocole IP est responsable du routage des paquets depuis un hôte vers un autre. La plupart du temps sur des réseaux uniques, c'est un processus simple. Nous avons deux options différentes, soit le paquet est destiné au réseau local, soit il passe par une passerelle. Mais lorsque vous commencez à travailler avec des pare-feux et des stratégies de sécurité conjointement avec de multiples interfaces réseau et différentes routes, ce peut être casse-tête pour les administrateurs. La dernière des responsabilités du protocole IP est qu'il doit fragmenter et ré-assembler les datagrammes qui ont préalablement été fragmentés, ou qui nécessitent d'être fragmentés pour s'adapter à la taille du paquet pour la topologie du réseau sur lequel nous sommes connectés. Si ces fragments de paquet sont suffisamment petits, ils peuvent causer d'horribles maux de tête aux administrateurs. Le problème est, qu'une fois qu'ils sont fragmentés, nous commençons à avoir des soucis pour lire même les en-têtes du paquet.

Astuce

Dans les séries 2.4 du noyau Linux, et Iptables, ceci ne représente pas un problème pour la plupart des pare-feux Linux. Le système de traçage de connexion utilisé par Iptables pour la vérification d'état, la traduction d'adresse, etc. doit être capable de lire les paquets défragmentés. À cause de ça, conntrack défragmente automatiquement tous les paquets avant qu'ils rejoignent la structure netfilter/iptables dans le noyau.

Le protocole IP est aussi un protocole en mode datagramme, ce qui indique que IP ne "négocie" pas une connexion. Un protocole orienté-connexion, en d'autres termes, négocie une "connexion" (appelée poignée de main - établissement de connexion) et lorsque toutes les données ont été envoyées, stoppe la connexion. TCP est un exemple de ce genre de protocole, cependant, il est implémenté au sommet du protocole IP. Il y a plusieurs raisons pour lesquelles il n'est pas orienté-connexion, mais parmi d'autres, l'établissement de connexion n'est pas nécessaire à ce moment ce qui ne ferait qu'ajouter du temps système. Comme vous pouvez le voir, envoyer une requête et ensuite attendre un moment pour la réponse est préférable à envoyer un paquet pour dire que nous voulons établir une connexion, ensuite recevoir le réponse nous disant que la connexion est ouverte, et finalement accuser réception que nous sommes au courant que la connexion est ouverte, et alors envoyer la requête, et après renvoyer un autre paquet pour couper la connexion et attendre une autre réponse.

IP est également connu comme un protocole incertain, c'est à dire qu'il ne permet pas de savoir si un paquet a été reçu ou non. Il reçoit simplement un paquet depuis la couche transport et le passe à la couche réseau, et ne fait rien de plus. il peut recevoir un paquet en retour, lequel passe de la couche réseau au protocole IP et ensuite à la couche transport. Cependant, il ne vérifie pas si c'est un paquet en réponse ou si le paquet a été reçu dans un autre but. La même chose s'applique en terme d'incertitude IP comme pour le mode datagramme, ce qui nécessitera l'envoi d'un paquet supplémentaire en retour pour chaque paquet envoyé. Par exemple, considérons une consultation de table DNS. Nous envoyons une requête DNS au serveur de nom. Si nous ne recevons pas de réponse, nous savons que quelque chose ne fonctionne pas et renvoyons une requête de consultation, mais dans l'usage normal nous envoyons une requête et obtenons une réponse en retour. Ajouter de la fiabilité à ce protocole signifierait que la requête nécessite deux paquets (une requête et une confirmation que le paquet a été reçu) et ensuite deux paquets pour la réponse (une réponse et un accusé-réception comme quoi le paquet a été reçu). En d'autres termes, nous doublons le nombre de paquets nécessaires, et bien sûr doublons le nombre de données à transmettre.